Photo : Jean Lemieux

Je commence à courir dans

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

environ 70 km par jour pendant 21 jours consécutifs

Courir la « Ring Road Islandaise »

Une course épique de 1 400 km dans certains des paysages les plus sauvages et les plus insolites de la planète afin de sensibiliser le public et de amasser des fonds pour aider à lutter contre la sclérose en plaques.

L’Islande ? Sérieusement ?

Vous vous demandez probablement pourquoi j’ai choisi l’Islande plutôt que le Canada pour mon prochain projet caritatif. Oui, je sais que le Canada est magnifique, sauvage et tout le reste, mais cette fois-ci, ce projet sera très spécial.

Lors de ma dernière mission, Une course pour une vie, j’ai couru de Montréal à Québec pour aider Malik, un petit garçon de cinq ans atteint d’une forme grave de leucémie, et sa famille. Lors de cette course, une amie très proche m’accompagnait et assurait mon soutien logistique. Elle s’appelait Sophie. Par vents et marées, elle s’est comportée comme une véritable championne. Elle ne s’est jamais plainte, disputée, n’a jamais commentée, critiquée ou jugée ma façon de m’entraîner et d’accomplir la course. Bien que je sache qu’elle souhaitait parfois que j’abandonne, elle ne me l’a jamais suggéré. Elle m’a assisté comme une vraie professionnelle. J’aurais aimé la rencontrer il y a de nombreuses années. Je savais qu’elle ne comprenait pas tout à fait pourquoi j’endurais tant de souffrances pour aider les autres, bien que j’aie toujours compris pourquoi elle investissait autant d’elle-même pour aider ses patients en tant qu’infirmière praticienne spécialisée (IPS). À maintes reprises durant la course, je jettais un coup d’œil à son visage lorsqu’elle pensait que je ne la voyais pas, et son expression montrait à quel point elle était horrifiée par ce que je subissais.

À la ligne d’arrivée, après quelque 270 km, nous nous sommes étreints, et elle m’a chuchoté à l’oreille : « maintenant, je comprends pourquoi tu fais cela ». Le lendemain, dans la voiture en route vers Montréal, elle m’a demandé si je voulais refaire cela avec elle. Je l’ai regardée, perplexe. Elle m’a dit que même si elle savait que je souffrais énormément pendant la course, ma détermination l’inspirait, et me voir heureux malgré la douleur lui faisait réaliser que je ne serais plus la même personne si je ne m’engageais pas dans ce type de missions. J’ai répondu que j’adorerais qu’elle assure à nouveau mon soutien logistique. Et ensemble, nous avons convenu que notre prochain projet devrait se dérouler dans un cadre épique, de préférence dans un autre pays. J’ai suggéré l’Islande, et elle a presque immédiatement accepté. En Islande, nous irions. J’étais extatique car j’avais enfin trouvé quelqu’un qui comprenait qui j’étais vraiment et ne jugeait pas ce que je faisais. Sophie me comprenait dans de nombreux aspects de la vie et était toujours mon phare, me guidant quand je me sentais perdu. Malheureusement, nous n’irons jamais en Islande ensemble. Le 18 novembre 2022, Sophie est décédée dans son sommeil pour une raison inexpliquée.

Sophie n’a été dans ma vie que pendant trois ans, mais elle a été une véritable source d’inspiration pour moi. Et bien qu’elle ait eu la sclérose en plaques, elle n’a jamais montré de faiblesse en public et a travaillé très dur, trop dur, en tant qu’IPS. J’ai vu de mes propres yeux sa souffrance due à sa maladie en privé, et je me sentais impuissant car je ne pouvais rien faire pour l’aider. Bien que la sclérose en plaques n’ait pas été la cause du décès de Sophie, j’ai décidé d’aller en Islande et de courir pour sensibiliser et collecter des fonds pour lutter contre la sclérose en plaques en son honneur. Je porterais un échantillon de ses cendres autour de mon cou pendant toute la course et le enterrerais à la ligne d’arrivée. Ainsi, d’une certaine manière, nous aurions quand même parcouru ensemble la Ring Road islandaise.

J’ai regardé une courte vidéo filmée par Drew Simms (regardez-la ici…) lors de son voyage à travers l’Islande, et j’ai été enchanté. Les paysages sont fantastiques, les volcans majestueux, les glaciers époustouflants. Tout ce qui concerne l’Islande me semblait magnifique, et je voulais y courir avec Sophie. Donc, si je peux trouver le budget requis pour l’expédition, je me tiendrais sur la ligne de départ en Islande le 1er juin 2024.

Restez à l’écoute !

Calendrier de l’événement

Kilométrage de mon entraînement et durant l’événement

Mon itinéraire projeté

Un petit message

Calendrier de l’événement

Kilométrage de mon entraînement et durant l’événement

Il ne fera pas chaud !

Pourquoi je cours pour lutter contre la sclérose en plaques

Et pourquoi j’ai besoin de votre aide dans cette entreprise humanitaire.

À propos de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie chronique qui affecte le système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Elle survient lorsque le système immunitaire attaque par erreur et endommage la gaine protectrice des fibres nerveuses, appelée myéline. Ces lésions perturbent la transmission des signaux entre le cerveau et le reste du corps, ce qui entraîne un large éventail de symptômes tels que la fatigue, la faiblesse musculaire, l’engourdissement, les picotements, les problèmes de vision, de coordination et d’équilibre.

Les symptômes de la sclérose en plaques peuvent varier considérablement en fonction de la localisation et de l’étendue des lésions, et ils peuvent apparaître et disparaître ou évoluer avec le temps. Il n’existe actuellement aucun traitement curatif de la sclérose en plaques, mais des traitements sont disponibles pour gérer les symptômes et ralentir la progression de la maladie.

J’ai vu comment la sclérose en plaques peut affecter la vie des gens et les faire vivre dans la peur, la douleur, la honte et l’impuissance. Je veux aider, à ma manière, à lutter contre cette maladie en sensibilisant le public et en amassant des fonds. Ainsi, le 1er juin 2024, je me présenterai sur la ligne de départ et j’espère que vous ferez des dons généreux.

Merci d’avance !

À MON SUJET

Photo : Jean Lemieux

Quelques mots à mon sujet

Je m’appelle Patrick Michel et je suis un coureur d’endurance de la vibrante ville de Montréal. Depuis près de vingt ans, je me suis plongé dans le monde de la course à pied de longue distance, conquérant diverses distances difficiles allant de 10 kilomètres à 100 kilomètres et des événements de course à pied d’endurance sur plusieurs jours couvrant des milliers de kilomètres. Cependant, je dois préciser que je ne me considère pas comme un coureur de compétition. Au lieu de cela, je me concentre sur la participation à des événements de course à pied que je crée personnellement et que je promeus par l’intermédiaire de mon entité appelée BRAVEWERK.

Avec BRAVEWERK, mon objectif principal est de sensibiliser le public et de amasser des fonds pour diverses causes caritatives qui me tiennent à cœur. En tant qu’unique coureur, j’assume la tâche ardue de couvrir des distances très longue, en repoussant mes limites physiques et mentales pour faire aider ceux qui sont dans le besoin. Grâce à ces événements, j’espère inspirer d’autres personnes à se joindre à moi dans cette noble quête et à créer un impact positif sur la société.

Dans ma volonté de rendre la pareille, j’ai mis à profit mes connaissances et mon expérience de la course d’endurance pour contribuer à la communauté des coureurs. Sur mon blog, je partage des informations précieuses, des conseils et des anecdotes tirés de mon propre parcours. C’est ma façon d’atteindre et d’aider les personnes qui aspirent à devenir des coureurs d’endurance, en les guidant sur le chemin de la réussite.

La course d’endurance est plus qu’un simple passe-temps pour moi – c’est une passion de toute une vie qui n’a jamais perdu de son intensité. Au fil des ans, la course à pied m’a apporté des avantages considérables et des compétences inestimables qui se sont révélées déterminantes dans ma vie professionnelle et personnelle. La résilience, la discipline et la force mentale que j’ai cultivées au fil des innombrables kilomètres parcourus sur la route ont fait de moi un meilleur individu. Aujourd’hui, ma mission est de permettre à d’autres de découvrir et d’exploiter ces mêmes qualités à travers l’univers incroyable de la course à pied.

En 2019, je me suis lancé dans un exploit vraiment remarquable pour sensibiliser le public et collecter des fonds pour un patient atteint d’un cancer du rein nommé Derek Johnston. Pendant soixante jours consécutifs, j’ai couru deux marathons par jour (5 000 km), repoussant les limites de mon endurance physique pour attirer l’attention sur cette cause importante.

Après COVID-19, l’année 2022 a posé ses propres défis. Malgré les obstacles, j’ai persévéré et je me suis lancé dans une course à pied de Montréal à Québec (270 km). L’objectif de cette initiative était d’apporter un soutien à Malik Fontaine, un courageux petit garçon de cinq ans qui lutte contre une grave leucémie, et à sa famille. Je suis reconnaissant d’avoir pu faire une différence dans sa vie et dans celle d’autres personnes touchées par cette maladie dévastatrice.

En ce qui concerne l’avenir, l’horizon regorge de nouvelles courses et d’initiatives passionnantes pour 2024 et au-delà. L’aventure continue, et je vous invite à rester à l’écoute alors que je me lance dans de nouveaux défis, cherchant à avoir un impact positif et à créer un changement dans le monde.

Merci d’avoir pris le temps de me connaître et de découvrir ma passion pour la course d’endurance. Ensemble, inspirons-nous et soutenons-nous mutuellement dans l’exploration des possibilités illimitées qui s’offrent à nous.

Photo : Jean Lemieux

« Islande »

par Drew Simms

SUIVEZ-MOI EN DIRECT

Pendant que je cours en Islande, voyez où je me trouve à tout moment.

Le suivi en direct ne sera disponible que pendant l’événement, à partir du 1er juin 2024 à 9h00 (heure de l’Est).

Vous pouvez suivre ma progression en temps réel et voir où je me trouve à tout moment pendant les 1 400 km de course autour de la magnifique île d’Islande.

Lorsque je cours, la fréquence de rafraîchissement de mon communicateur GPS est réglée sur environ 2 minutes. En d’autres termes, la carte est rafraîchie pour indiquer ma position actuelle toutes les deux minutes environ.

Technologie de suivi fournie par Follow My Challenge et Garmin.

En savoir plus sur la Ring Road islandaise

La Ring Road islandaise, également connu sous le nom de Route 1 ou Þjóðvegur 1 en islandais, est une route nationale qui encercle l’ensemble de l’île d’Islande. Elle couvre une distance d’environ 1 332 kilomètres (828 miles) et relie la plupart des destinations touristiques les plus célèbres du pays.

La route périphérique a été achevée en 1974 et a été conçue pour rendre les déplacements sur l’île plus accessibles, en particulier pour ceux qui souhaitaient voir les attractions naturelles du pays, telles que les glaciers, les volcans, les chutes d’eau et les zones géothermiques. La route est en grande partie asphaltée et généralement ouverte toute l’année, bien qu’elle puisse être fermée pendant les mois d’hiver en raison de conditions météorologiques difficiles.

Actualités

Chaque jour, j’écrirai un court article résumant ma journée. Restez à l’écoute !
No Results Found

Sorry, we couldn't find any posts. Please try a different search.

Loading...